Réfection serpentaire Réfection serpentaire

Réfection Serpentaire

Chantier total de réfection d’un Serpentaire

Le Serpentaire

Dessiné par l’architecte Bernard Veys, le premier Serpentaire voit le jour en 1976. C’est un voilier de 6.50 M que l’on trouvera pendant de longues années au départ de la Mini Transat (aujourd’hui Transat 6.50). C’est sur ce bateau mythique que Daniel Gilard gagnera la première édition de cette course, en 1977. Cette course donnera naissance à un ouvrage qui en fit rêver plus d’un (dont moi même) : « Petit dauphin sur la peau du diable« . Le Serpentaire aura tant de succès qu’il est ainsi construit à environ 170 exemplaires. Plus étonnant encore, on trouve ce bateau dans de nombreux matériaux : bois, composite mais aussi parfois en aluminium. Notre Serpentaire en réfection est lui en bois !

Réfection du Serpentaire

Notre Serpentaire en réfection date lui de 1978. A son arrivée au chantier le bilan est assez inquiétant comme le montre l’ensemble des photo : bordé, tableau arrière, pont, pièces de quille, varangues. Bon nombre d’éléments nécessite ainsi une dépose avant reconstruction. En outre le client souhaite apporter quelques modifications structurelles et de forme : rallonges jupe arrière, déport des assises, rehausse du panneau de descente, etc. Il ne faut pas se mentir, le budget de réparation d’un bateau dans un tel état nécessite un lien affectif avec le bateau. En effet en phase de chiffrage, nous avons à plusieurs reprises proposé au client la construction d’un nouvelle coque en utilisant les éléments accastillage existant (balcons, quille, accastillage, gréement, etc.). Mais ce bateau ayant son histoire avec son propriétaire, le client fait le choix d’une réfection.

Les travaux

Ainsi les travaux de réfection de ce Serpentaire commencent par une dépose complète de l’accastillage. Il s’en suit un déquillage puis un retournement de la coque. L’ensemble des panneaux se teste « au tournevis ». En effet la simple pression d’un tournevis sur les zones douteuses fait qu’il passe facilement à travers le contre plaqué. Une fois les panneaux « pourris » identifiés il faut les déposer de quelques décimètres au delà de la zone atteinte. A noter que si plus de la moitié du panneau est concernée l’ensemble du panneau est déposé.

Les pièces d’étrave et de quille en bois exotique massif font l’objet d’un remplacement à neuf. Ainsi au final nous considérons que 80% du bois du bateau fait l’objet d’un remplacement.

Enfin, profitant de l’ampleur de ces travaux, notre client nous fera réaliser quelques modifications esthétiques et fonctionnelles

Pour terminer nous avons eu la chance d’avoir la visite de l’architecte, M Veys, durant le chantier. Ce dernier nous a semblé très satisfait du travail réalisé.

 

Date

25/05/2020

Category

Menuiserie